Mercredi 30 décembre 3 30 /12 /Déc 05:19


Annuntio vobis gaudium magnum :
Habemus Ecclesiam !

Oui ! Le Cardinal Marc Ouellet a donné (vendu pour 1$) à la FSSP une église où sera célébré exclusivement et quotidiennement la Messe tridentine. Les fidèles du diocèse de Québec attachés à la tradition liturgique tridentine ont donc maintenant leur lieu de culte pour eux tout seul. Son Éminence, le Cardinal Marc Ouellet, Archevêque de Québec et Primat du Canada, vient de confier la responsabilité de l'église St-Zéphirin-de-Stadacona (de la paroisse Notre-Dame-de-Roc-Amadour) à M. l'Abbé Guillaume Loddé, de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, afin que la forme extraordinaire du rite romain soit exclusivement célébrée dans ce lieu de culte.


1-Zephirin
(L'église St-Zéphirin-de-Stadacona,
1400, avenue François-1er, Québec)


L'église St-Zéphirin est une église ayant une capacité de 300 places. Bien que devenant autonome (un peu à la manière d'une paroisse), l'église n'a pas été érigée en paroisse personnelle au sens strict. Il n'y aura ni conseil de fabrique, ni conseil pastoral. L'Abbé Guillaume Loddé, FSSP, qui était chapelain à l'église Saint-François-d'Assise (sous l'autorité de M. le curé Raymond Angers) a été nommé Recteur de l'église St-Zéphirin (ce qui lui confère sensiblement les pouvoirs d'un curé sans toutefois en porter le titre). La première Messe tridentine sera célébrée le 1er de l'An.

C’est le 10 décembre dernier, qu’a eu lieu, dans le bureau de l’Archevêque de Québec, à la maison diocésaine, la signature officielle de la convention concrétisant ainsi le transfert de l’église Saint-Zéphirin-de-Stadacona à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre de Québec.

 

Étaient réunis pour la signature de ladite convention :  le Cardinal Marc Ouellet, Archevêque de Québec, l’Abbé Raymond Angers, curé de la paroisse N.-D.-de-Rocamadour, ainsi que l’Abbé Philip Creurer, FSSP, délégué du Supérieur Général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre.


cardinal-20marc_ouellet.jpg
(Eminentissimum ac Reverendissimum Dominum, Dominum Marcum
Sanctae Romanae Ecclesiae Cardinalem Ouellet)




Assistaient également à cette rencontre :  Monseigneur Jacques Vézina, vicaire général, ainsi que l’Abbé Guillaume Loddé, FSSP, premier Recteur de l’église Saint-Zéphirin.


1-Abbe
(M. l'Abbé Guillaume Loddé, FSSP, Recteur de l'église St-Zéphirin-de-Stadacona,
à Québec)


L’Abbé Guillaume Loddé est né en 1975 à Orléans, en France, dans une famille catholique. Son père, très attaché à l'ancien rituel latin, a longtemps fréquenté la Fraternité Saint-Pie-X.  Le jeune Guillaume fit ses études dans sa ville natale jusqu’à l’âge de 19 ans.  Après avoir séjourné une semaine au séminaire lefebvriste de Flavigny, il entra, en septembre 1994, au séminaire de Wigratzbad, en Allemagne, administré par la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, une fraternité pleinement reconnue par l'Église catholique romaine. Sa formation en philosophie et théologie, d’une durée de sept ans, fut interrompue par une année de service militaire.

Il fut ordonné prêtre le 15 juin 2002 par le Cardinal Dario Castrillòn Hoyos, membre de la Curie romaine et ancien président de la Commission pontificale Ecclesia Dei.

 L’Abbé Loddé a d’abord servi comme vicaire durant une année à Montmirail (Sarthe).  Il a ensuite travaillé quatre ans à Sées en Normandie (2003-2007) comme aumônier dans une école secondaire.  Après avoir passé trois mois à Niafles, il est arrivé à Québec, en septembre 2007, comme chapelain à l’église Saint-François d’Assise de Limoilou, jusqu’au 31 décembre 2009, après quoi il poursuivra son apostolat, toujours à Québec, à titre de Recteur de l’église Saint-Zéphirin de Stadacona, où la Messe tridentine en latin sera célébrée tous les jours.

Comme membre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, l’abbé Loddé œuvre à la sanctification des fidèles par l'application des règles liturgiques et disciplinaires traditionnelles, et ce en conformité avec les dispositions du Motu Proprio Summorum Pontificum du Pape Benoît XVI.




Sources :  
http://fssp-quebec.over-blog.org/ 


http://network.nationalpost.com/np/blogs/holy-post/default.aspx 


 

Par Le traditionnel - Publié dans : Summorum Pontificum dans le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Lundi 30 mars 1 30 /03 /Mars 05:55


Dans plusieurs milieux pastoraux, trop de préjugés existent au sujet des fidèles de la Tradition : incapacité d'adaptation, repli identitaire, passéisme, etc. Voici donc un reportage sur les séminaristes traditionnels de l'Institut du Bon-Pasteur qui, au cours de leur formation, doivent faire un stage à Rome et s'intégrer à la vie paroissiale d'aujourd'hui :




 





Touchés par la Messe traditionnelle, ces séminaristes vivent leur foi au rythme de la « forme extraordinaire » du rite romain dans le monde de ce temps et ce, dans la plus parfaite fidélité au Pape et à l'Église. 



Source : KTO




Par Le traditionnel - Publié dans : Summorum Pontificum dans le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 18 mars 3 18 /03 /Mars 21:05


Le 16 mars 2009, le Pape Benoît XVI a prononcé un discours important pour la vie des paroisses d'aujourd'hui en évoquant le rôle du prêtre et les structures paroissiales. Il est revenu sur l'importance d'une formation sacerdotale en lien avec la Tradition, sur la réception correcte de Vatican II, et sur l'obligation du signe distinctif.


[ « Le prêtre doit porter un habit ecclésiastique digne (...) Cela signifie que, lorsque l'habit n'est pas la soutane, il doit être différent de la manière de se vêtir des laïcs, et conforme à la dignité et la sacralité du ministère (...) Sauf des situations exceptionnelles, ne pas utilser l'habit ecclésiastique peut manifester chez le clerc un faible sens de son identité de pasteur entièrement disponible au service de l'Église » (Congrégation pour le Clergé, Directoire pour le ministère et la vie des prêtres, le 31 janvier 1994) ]



« À la veille de son départ pour son premier Voyage apostolique en Afrique, le Pape Benoît XVI a reçu en audience, le 16 mars, les membres de la Congrégation pour le Clergé. À cette occasion, le Saint-Père a rappelé que la mission du prêtre dans l'Église revêtait une dimension ecclésiale, de communion, hiérarchique et doctrinale, absolument indispensable à toute mission authentique. Le Pape Benoît XVI a aussi insisté sur l'importance de la formation des prêtres: "la mission du prêtre a ses racines, de manière spéciale, dans une bonne formation, réalisée en communion avec la Tradition ininterrompue de l'Église, sans coupures ni tentations de discontinuité. Dans ce sens, il est important de favoriser chez les prêtres, et surtout chez les jeunes générations, une réception correcte des textes du Concile oecuménique Vatican II, interprétés à la lumière de tout le bagage doctrinal de l'Église. Elle est urgente la récupération de cette conscience qui pousse les prêtres à être présents, indentifiables et reconnaissables, et par leur jugement de foi, et par les vertus personnelles, mais aussi par l'habit, dans les milieux de la culture et de la charité, qui sont depuis toujours au coeur de la Mission de l'Église".


Enfin, le Saint-Père a rappelé qu'il est nécessaire de veiller à ce que les "nouvelles structures" ou organisations pastorales ne soient pas pensées pour une situation dans laquelle on imagine pouvoir se passer du ministère ordonné, en partant d'une interprétation erronée de la juste promotion des laïcs. Si tel était le cas, on poserait les bases d'une nouvelle dilution du sacerdoce ministériel puisque les solutions imaginées finiraient par être les causes réelles de la pénurie des prêtres ou de la façon erronée de vivre le sacerdoce ministériel. »



Source : http://pagesperso-orange.fr/proliturgia/Informations.htm 



Par Le traditionnel - Publié dans : La réforme de la réforme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 9 mars 1 09 /03 /Mars 21:58


Dans le Québec et la France d'aujourd'hui, il est pratiquement devenu impossible - même pour les prêtres fidèles à Rome - de célébrer l'Eucharistie dans le respect total des normes du Missel romain de Paul VI. Avec le pernicieux esprit démocratique et la fausse conception de la collégialité qui ont imprégnés les esprits, ce sont des équipes liturgiques qui s'érigent dorénavant en magistères et en possesseurs de la liturgie. Encore une fois, l'Association Pro Liturgia met le doigt sur l'une des problématiques majeures que nos paroisses vivent :





« En bien des paroisses, il existe un radicalisme progressiste d'une rare violence. En de très nombreux lieux, des fidèles déformés par 40 ans de laisser-aller liturgique et de n'importe quoi catéchétique, n'hésitent pas à dénoncer une montée de l'intégrisme dès lors que le célébrant respecte le Missel romain.

Et si la chorale paroissiale décide de réintroduire une pièce grégorienne, c'est encore pire! Dès la fin de la messe, la sacristie sera envahie par une poignée de surexcité(e)s qui mettront le curé dans l'embarras: "Si vous recommencez, nous avertirons le Vicaire épiscopal".

Nos prêtres seraient-ils devenus les otages de cartels paroissiaux opposés au Pape ? »


Source : http://pagesperso-orange.fr/proliturgia/Informations.htm



Par Le traditionnel - Publié dans : La réforme de la réforme
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 8 mars 7 08 /03 /Mars 22:13


Au Québec, comme en France, les abus liturgiques existent toujours et continuent de contribuer à la désaffectation de nos églises et de scandaliser les fidèles. L'Association Pro Liturgia a recensé quelques abus qui se répandent et qui, à la limite, forment un nouveau rite (qui n'est plus romain) : le rite infraordinaire.


(Le rite infraordinaire)


Voici donc à quoi ressemble le rite infraordinaire non romain et non conforme à ce que l'Église demande et qui est encore beaucoup trop présent dans nos paroisses du Québec et de France :


« C'est dimanche: rite infraordinaire. Je ne dis pas que c'est la forme infraordinaire du rite romain qu'on trouve dans la majorité de nos paroisses. Mais c'est un rite tellement peu romain qu'il ne mérite plus ce nom. C'est le rite infraordinaire tout court. On devrait écrire les rubriques de ce rite infraordinaire.

Tout d'abord, il se caractérise par une très grande diversité et liberté qui ont surtout en commun d'être en réaction permanente au rite romain
.

La décoration du choeur de ce rite se caractérise par beaucoup de papier. Des posters, des grands slogans, des écrans, des panneaux, des banderoles, des photos, des dessins, des reportages, des bricolages,
des ballons gonflables et donc gonflés.

Ce qui se dispose sur l'autel doit à tout prix être asymétrique: des bougies (souvent une seule) sur un côté, des fleurs de l'autre. Si possible pas de croix sur l'autel. À quoi bon centrer le regard et le détourner du célébrant ? Par contre la sonorisation des papiers du célébrant est d'une importance extrême pour toute participation consciente et active à ce qu'il fait: si on peut trouver un vieux micro qui amplifie le bruit quand le prêtre s'y frotte au moment de ses mouvements, c'est le top absolu du rite infraordinaire.

À propos de papiers sur l'autel, il en faut le plus possible et de toutes sortes: chants, mots de commentaires, prières inventées, déroulement de la messe, pense-bête, intention de la messe... Le mieux c'est quand il y en a tellement que le célébrant s'y perd. Il y a des petits missels carrés jetables pour contenir éventuellement tous ces papiers.

Devant l'autel, une profusion de fleurs, ou de lumignons qu'emmènent les
enfants en procession, ou des paperasses dont j'ai parlé plus haut, pour empêcher à qui que ce soit de faire le tour de l'autel par devant, ou de se poser devant l'autel.

Pour ne pas perdre de temps au moment de l'offertoire, à moins qu'on ait prévu une procession d'offrande, c'est bien d'avoir prévu et déposé tous les calices, patènes et le linge liturgique dès avant la messe sur l'autel. Le corporal se déploie de préférence avant ou tout au début de la messe. Mélanger l'eau au vin dans le calice dès avant la messe vous fait gagner le temps de cette opération plus tard.

Le chant d'entrée, si possible un tout vieux que tout le monde connaît et braille, ou un tout nouveau, que braille l'animateur seul au micro, est en français, contre-rythmé, entraînant, simple. De préférence sans aucun rapport avec les Lectures.
Pour les grandes fêtes, les enterrements et les mariages, il est très bien vu de passer de la musique pré-enregistrée.

Si l'on peut éviter l'orgue comme instrument d'accompagnement, on l'évite. On préférera toujours un orgue électronique à un orgue à tuyaux. Le meilleur instrument d'accompagnement,
c'est la guitare, l'accordéon ou la cithare amplifiés s'il le faut. Les percussions sont un peu passées de mode, mais pour les messes avec enfants, il faut au moins les remplacer par des applaudissements, des claquement des doigts, des instruments improvisés qu'on agite...

Le prêtre en
aube-sac et étole, évite de mettre la chasuble, et surtout pas d'amict: il faut qu'il puisse afficher son orientation au niveau de son col (col romain strict ou col décontracté de polo ou de chemise à carreaux).

Il faut remplacer systématiquement le "Gloire à Dieu" et le "Je crois en Dieu" par un refrain simple qui présente un tout autre texte. Pareil pour le "Saint, saint, saint le Seigneur" et "l'Agneau de Dieu".

Les anamnèses doivent emprunter les mélodies les plus romantiques possibles, de préférence de grands opéras italiens... on y adaptera un texte.
Toute parole latine est interdite ou à éviter à tout prix dans ce rite infraordinaire. Le chant grégorien est passé dans les enceintes acoustiques... après la messe, pour meubler le bâtiment.

Le plus grand moment de ces célébrations, c'est le geste de paix juste avant la communion (laquelle est bien moins importante): le célébrant doit parcourir la nef à ce moment là et serrer un maximum de mains avec un sourire affiché. C'est un signe d'ouverture et de convivialité.

Ceux qui s'agenouillent lors de ces célébrations, ou qui insistent pour recevoir la communion dans la bouche, doivent être regardés comme des pauvres retardés qui se sont trompés de rite. Mais il faut tout faire pour les accueillir décemment, discrètement, compassionnément...

Le célébrant ne chante rien de ce qu'il devrait assurer tout seul: aucune oraison, surtout pas la préface, ni les dialogues. Mais il participe au maximum aux refrains simples avec la foule; si possible, il chante plus fort et plus faux dans son micro que l'animateur. C'est du meilleur effet. S'il est un grand musicien, il chante éventuellement les intentions de prière pénitentielle sur une mélodie toute personnelle ou improvisée dans une autre tonalité que le "Seigneur prends pitié" prévu par l'équipe liturgique... Observer la réaction de l'animateur et de celui qui accompagne égaie l'assemblée.

Les lecteurs doivent être choisis au hasard en dernière minute. Ne pas avoir peur des gens qui ne savent pas se servir d'un micro.

Il faut annoncer haut et fort toutes les pages des chants et refrains dans le livre de chant commun. À défaut, on peut les afficher sur un grand écran blanc dans le choeur. Le dernier cri, c'est d'y afficher carrément les paroles grâce à un programme d'ordinateur. C'est la "messe-karaoké".

Pour la disposition de l'autel, il faut que le tabernacle soit dans le dos du célébrant, de manière à ce que le prêtre, pendant toute la célébration, tourne le dos au Seigneur. C'est une revanche des fidèles envers le Seigneur, de toute cette période où il obligeait le célébrant de leur tourner le dos.

Le top, c'est d'installer
deux autels dans le choeur. L'ancien pour le Seigneur, et un nouveau pour le célébrant et la foule. Si le choeur est assez vaste, il est bon d'ajouter un troisième autel pour les éventuelles messes de semaine.

Le choix des lectures doit se faire dans une liberté absolue: une seule première lecture dès que l'occasion se présente. On peut prévoir d'autres textes non bibliques.

Les oraisons sont formulés librement par le célébrant, seul moyen pour être sûr qu'elles viennent vraiment du coeur. La prière eucharistique la plus libre possible, adressée un maximum aux fidèles. Pour les célébrants en manque d'inspiration, il y a les oraisons nouvelles et des prières eucharistiques pour toutes circonstances.

La tenue dans le choeur doit être la plus désinvolte possible: bras pendouillants, ou croisés. Main tenant le menton quand on est assis pour écouter les Lectures. Jamais les mains jointes en prière. Jamais à genoux. Pas de génuflexions: mieux vaut faire une "inclination profonde", en pointant bien le derrière dans la direction de ceux qui se trouvent derrière vous, quand vous croyez vraiment devoir vénérer indifféremment ou le tabernacle ou l'autel. Quand le célébrant s'assoit, il croise les jambes ou il les étire devant lui, s'adossant avec un léger mouvement de proéminence du ventre avec tout le poids de son dos sur le dossier de sa chaise. Se sentir à l'aise est le mot d'ordre.

Si vraiment on ne peut pas éviter d'avoir des enfants de choeur, il faut qu'il y ait au moins autant de filles que de garçons, et les laisser le plus désoeuvrés possible. Les fillettes doivent avoir du temps pour minauder. Pas de clochettes, pas de lavabo, pas d'agenouillement ni génuflexions. Il faut que tout le monde s'ennuie au moins autant que le célébrant qui donne l'impression de se sentir en trop.

Sauter l'embolisme après le "Notre Père" c'est possible et conseillé: ça permet d'enchaîner tout de suite "Car c'est à toi..."

À la consécration, il est bien de briser l'hostie et de montrer à l'assistance les morceaux en disant les mots "il prit le pain... le rompit..." Il serait bon d'envisager de donner tout de suite la communion en disant "prenez en mangez-en tous..." Ça ferait gagner un temps précieux.

Faire distribuer la communion par le plus de laïcs possible, de préférence par des gens peu habitués à venir à la messe. Il faut impliquer, justement, ceux qui viennent moins souvent, ou qui ont des problèmes avec les enseignements de l'Église. Il faut les familiariser...

Ne jamais oublier de dire "bonjour" à toute l'assemblée au début de la célébration et "au-revoir et bon dimanche à toutes et à tous" à la fin.

Ouf. Effectivement, ce dimanche sera bon, ne pouvant pas être pire que son obligation. »



Sources :
http://pagesperso-orange.fr/proliturgia/Informations.htm 

http://jevoro.over-blog.com/ 



Par Le traditionnel - Publié dans : La réforme de la réforme
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Samedi 7 mars 6 07 /03 /Mars 22:24


Une cérémonie de la tonsure a eu lieu à Rome. La cérémonie fut célébrée selon les livres liturgiques antiques et fut présidée par Mgr Marcelo Sánchez Sorondo, chancelier de l'Académie pontificale des sciences.


(Mgr Marcelo Sánchez Sorondo, chancelier de l'Académie pontificale des sciences
a présidé la cérémonie de la tonsure)




Quatre séminaristes de l'Institut du Bon-Pasteur ont reçu la tonsure en l'église de San Salvatore in Lauro, à Rome, le 28 février 2009.


(3 des ordinands à la tonsure de l'IBP)




Cette cérémonie marque l'entrée dans l'état clérical pour ces quatre séminaristes qui aspirent au sacerdoce traditionnel.


(Mgr Sorondo et les 4 ordinands à la tonsure, Messieurs les abbés : Michel Calmel, Giorgio Lenzi, Edouard Le Conte et Renaud de Cazenove)




La Tradition porte des fruits et plusieurs évêques s'en aperçoivent de plus en plus. Continuons de prier le Maître de la moisson pour qu'il envoie des ouvriers à sa vigne.



Source : http://www.seminairesaintvincent.fr/index.php?area=photos&evt=20&lang=fr 



Par Le traditionnel - Publié dans : Summorum Pontificum dans le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 6 mars 5 06 /03 /Mars 21:40


La pleine communion de la Traditional Anglican Communion (TAC) avec l'Église catholique est imminente.


(Mgr John Hepworth, primat de la Traditional Anglican Communion)



« Le primat de la TAC, Mgr John Hepworth, affirme : "
Nous reconnaissons que l'expression la plus complète et la plus authentique de la foi catholique se trouve aujourd'hui dans le Catéchisme de l'Église catholique et son Compendium; en les signant, nous voulons attester ainsi la foi que nous aspirons à enseigner et professer". C'est par cette déclaration de son représentant que la Traditional Anglican Communion (TAC), une organisation internationale anglicane indépendante de la Communion anglicane, a signifié au Saint-Siège, en octobre 2007, son désir de revenir dans la pleine communion ecclésiale et sacramentelle avec l'Église de Rome.

C'est vers la forme d'une prélature personnelle, similaire à celle dont jouit l'Opus Dei, que Rome s'est tournée pour accueillir dans la pleine communion les 400 000 fidèles revendiqués par la TAC et répartis en 33 évêchés dans 44 pays du Commonwealth anglican. Ceux-ci pourront conserver leurs livres liturgiques propres, en particulier l'édition américaine déjà très catholicisée du Book of Common Prayer de 1928, ainsi que le patrimoine spirituel et théologique très riche accumulé par la tradition anglicane depuis quatre siècles.

Ce retour de fidèles anglicans dans l'Église catholique mettrait un terme à l'équivocité native de l'anglicanisme, qui a toujours oscillé entre deux pôles: catholicisme et protestantisme, dogmatisme et libéralisme, etc. Il s'inscrit dans le sillage du Mouvement d'Oxford qui a donné les bases de ce qui allait devenir l'anglo-catholicisme en Angleterre et aux États-Unis, et bien sûr plus encore, dans le sillage de la pensée de Newman. »



Source :
http://pagesperso-orange.fr/proliturgia/Informations.htm 




Par Le traditionnel
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 mars 5 06 /03 /Mars 21:26


La Messe tridentine sera célébrée de manière régulière dans la Basilique papale de Saint-Jean-de-Latran, à Rome.


(La Basilique majeure de Saint-Jean-de-Latran, à Rome)



« Le quotidien L'Avvenire nous apprends que les Franciscains de l'Immaculée Conception de Rome ont reçu l'autorisation de célébrer à Saint-Jean-de-Latran deux Messes hebdomadaires dans la « forme extraordinaire » du rite romain, et ce après les fêtes de Pâques.

La communauté des Franciscains, qui a été reconnue par l'Église en 1998, voit dans ces deux Messes tridentines célébrées en semaine un signe d'encouragement. Ces célébrations se feront dans un esprit véritablement catholique de fidélité au Pape et à la tradition liturgique.

Le Latran, situé à une extrémité de la Via Merulana (à l'autre extrémité se trouve Sainte-Marie-Majeure) est un territoire du Vatican au centre duquel de dresse la Basilique de Saint-Jean considérée comme la "mère de toutes les églises". Au Latran, qui était la résidence des Papes depuis l'époque de Constantin, est érigée l'une des quatre églises patriarcales; le sanctuaire est aussi l'un des sept lieux de pèlerinage de Rome. »



Source : http://pagesperso-orange.fr/proliturgia/Informations.htm 



Par Le traditionnel - Publié dans : Summorum Pontificum dans le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 18 février 3 18 /02 /Fév 23:04


Le 16 février 2009, à l'Université catholique du Sacré-Coeur, à Milan (Italie), Mgr Giuseppe Sciacca, Prélat auditeur du Tribunal Apostolique de la Rote Romaine, a célébré la Messe dans la « forme extraordinaire » du rite romain.



(Mgr Giuseppe Sciacca, prêtre et prélat de la Rote Romaine,
devant Sa Sainteté le Pape Benoît XVI)




Mgr Sciarra est également consulteur de la Congrégation pour le Clergé, et commissaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, de la Congrégation pour le Clergé, et de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements.

La Messe tridentine a été célébrée selon les prescriptions du Cérémonial des Évêques, et porte le nom de «Messe Pontificale basse» ou encore «Messe prélatrice». Ce type de célébration est un privilège pour les Prélats de la Curie romaine.

À l'Université catholique du Sacré-Coeur de Milan, la Messe tridentine est célébrée tous les 3e lundis du mois par différents prêtres en charge de la pastorale étudiante.



Source : http://www.newliturgicalmovement.org/ 



Par Le traditionnel - Publié dans : Summorum Pontificum dans le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 15 février 7 15 /02 /Fév 22:09


L'évêque auxiliaire de Chicago, Mgr Joseph Perry, a ordonné 6 nouveaux sous-diacres pour la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, le 31 janvier 2009, à Lincoln, aux États-Unis.


(Son Excellence, Mgr Joseph N. Perry, évêque auxiliaire de Chicago)



Le sous-diaconat marque, entre autres, l'entrée dans les ordres majeurs et l'engagement définitif dans le célibat à perpétuité.


(Les ordinands au sous-diaconat)



Les évêques américains, dont plusieurs ont célébré la Messe dans la « forme extraordinaire » du rite romain, ont vraiment compris l'importance de la Tradition et de la fidélité à Rome. Il est de la plus haute importance que le Québec et la France se rapprochent et suivent les traces de l'Église qui est aux États-Unis.


(Mgr Perry, les 6 nouveaux sous-diacres et le clergé de la FSSP)



Rappelons que le 11 janvier 2009, Mgr Perry avait célébré une Messe pontificale traditionnelle au sanctuaire du Christ-Roi, à Chicago, avec l'Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre.



Source : http://www.fssp.org/



Par Le traditionnel - Publié dans : Summorum Pontificum dans le monde
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Profil

  • Le Motu Proprio dans le monde

Présentation

  • : Le Motu Proprio dans le monde
  • : Pour suivre l'application du Motu Proprio "Summorum Pontificum" dans le monde.

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Rechercher

Recommander

Liens

Docteur Angélique

Doctrine


Écritures Saintes

* Bible de Crampon (1923)


Catéchismes


* Catéchisme du Concile de Trente

* Catéchisme de saint Pie X

* Catéchisme de Jean-Paul II

* Compendium du Catéchisme de Benoît XVI 


Codes de droit canonique

* Code de droit canonique (1917)

* Code de droit canonique (1983)

* Code des canons des Églises orientales


Conciles Oecuméniques

* Concile de Trente

* Concile Vatican I

* Concile Vatican II


Documents pontificaux


Grégoire XVI

* Encyclique Mirari Vos


Bienheureux Pie IX

* Encyclique Quanta Cura

* Syllabus


Léon XIII

* Encyclique Aeterni Patris

* Encyclique Humanum Genus


Saint Pie X

* Encyclique Pascendi

* Décret Lamentabili

* Serment anti-moderniste


Pie XI

* Encyclique Quas Primas


Pie XII

* Encyclique Humani Generis

* Encyclique Mediator Dei


Paul VI

* Encyclique Mysterium Fidei

* Encyclique Sacerdotalis Caelibatus


Jean-Paul II

* Encyclique Ecclesia de Eucharistia

* Encyclique Veritatis Splendor

* Encyclique Evangelium Vitae

* Encyclique Fides et Ratio

* Lettre Apostolique
Ordinatio Sacerdotalis


Benoît XVI

* Encyclique Deus Caritas Est

* Encyclique Spe Salvi

* Encyclique Caritas in Veritate

* Exhortation Apostolique
Sacramentum Caritatis



Dicastères

* Instruction Redemptionis Sacramentum

* Lettre aux Évêques sur l'accès à la communion des divorcés-remariés


Indulgences

* Manuel des Indulgences


Docteurs de l'Église

* Saint Augustin

* Saint Anselme

* Saint François de Sales

* Saint Alphonse de Liguori


Écrits spirituels

* Imitation de Jésus-Christ

* Sermons du saint curé d'Ars

* Saint Louis-Marie Grignion de Monfort


Fins dernières

* Ciel

* Purgatoire

* Enfer

overblog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés