La liturgie ordinaire et les cartels paroissiaux

Publié le par Le traditionnel


Dans le Québec et la France d'aujourd'hui, il est pratiquement devenu impossible - même pour les prêtres fidèles à Rome - de célébrer l'Eucharistie dans le respect total des normes du Missel romain de Paul VI. Avec le pernicieux esprit démocratique et la fausse conception de la collégialité qui ont imprégnés les esprits, ce sont des équipes liturgiques qui s'érigent dorénavant en magistères et en possesseurs de la liturgie. Encore une fois, l'Association Pro Liturgia met le doigt sur l'une des problématiques majeures que nos paroisses vivent :





« En bien des paroisses, il existe un radicalisme progressiste d'une rare violence. En de très nombreux lieux, des fidèles déformés par 40 ans de laisser-aller liturgique et de n'importe quoi catéchétique, n'hésitent pas à dénoncer une montée de l'intégrisme dès lors que le célébrant respecte le Missel romain.

Et si la chorale paroissiale décide de réintroduire une pièce grégorienne, c'est encore pire! Dès la fin de la messe, la sacristie sera envahie par une poignée de surexcité(e)s qui mettront le curé dans l'embarras: "Si vous recommencez, nous avertirons le Vicaire épiscopal".

Nos prêtres seraient-ils devenus les otages de cartels paroissiaux opposés au Pape ? »


Source : http://pagesperso-orange.fr/proliturgia/Informations.htm



Commenter cet article

Séminariste 11/03/2009 04:40

Je pense, personnellement, que le problème est plus avec le clergé qu'avec les laïcs. En général, mon expérience en paroisse me montre que les fidèles sont beaucoup plus ouverts à une restoration d'un certain sens du transcendant dans nos liturgies que les prêtres. La raison? Peut-être parce que l'indoctrination anti-liturgique a été beaucoup plus fort dans les séminaires que dans les paroisses elle-mêmes. Ou, au moins elle avait sa racine dans une dé-formation des séminaristes. Comment un prêtre peut-il donner aux fidèles une liturgie selon les normes de l'Église s'il n'a jamais vu de telle liturgie dans son séminaire?!!

Heureusement, avec la grâce de Dieu, les choses sont en train de changer. Lentement, mais quand même, progressivement. La nouvelle génération de séminaristes nouvellement ordonnés à la prêtrise n'a pas le goût de l'ultra-stupide qu'avec les générations antérieures. Deo gratias pour cela!

Saint Michel Archange 10/03/2009 19:17

Oui nos prêtes sont otages de cartels paroissiaux!
Mais ils y a aussi nos prêtes qui font de l'abus de pouvoir...Qui ne permettre pas les liturgies dignes lorsque cela est possible!

christianK 10/03/2009 16:55

Ces cartels sont à la fois coupables et innocents (inconscients). Les fac des théo décadentes sont
plus coupables.
Le problème c'est la créativité et l'adaptation, qui ouvrent la porte aux initiatives. En soi et abstraitement ce n'est pas mauvais, mais en fait et concrètement c'est presque toujours régressif. C'est comme de dire en musique: nous ne suivrons plus Bach, nous allons créer nous-mêmes, en compétition avec Bach. Toutes les chances, même avec les meilleures intentions, sont pour que le résultat soit pire que Bach.
Ainsi la liturgie se décompose-t-elle lentement, allant de plus en plus bas (généralement) - le contraire de ce que le Théologien Tillard prétendait, car la rigidité (e.g. tridentine) protège la qualité plus qu'il ne l'altère.
Voilà pourquoi la bonne volonté des groupes de laics aboutit au désastre.
Il est vital donc d'introduire la tridentine
(et l'orientale, et peut-être l'anglicane-catholique)
à titre de test et patrimoine .