Témoignage d'un "groupe stable" sur le "Forum Catholique"

Publié le par Le traditionnel

Voici l'expérience d'un "groupe stable" ayant causée de l'amertume à un curé de paroisse et qui est rapportée sur le Forum Catholique :




« Au nom du "groupe stable" que nous venons de former, je suis allé chez le curé d'une église importante de ma ville pour lui demander la messe tridentine. J'ai bien choisi ceux qui m'ont accompagné: le sacristain, l'économe et le jeune chef des enfants de choeur de cette parroisse. Des personnes, donc, auxquels le curé ne pouvait pas dire non.

Eh bien, je vous avoue que ce prêtre m'a fait compassion.

Il savait qu'il ne pouvait pas nous renvoyer; il a consulté attentivement la liste de 50 signatures que nous avions, et à chaque fois qu'il y voyait le nom de quelqu'un qu'il connait, - catéchistes, fidèles, etc. - il gémissait: "Lui/elle, aussi!", et c'était comme un coup de poignard: "Tu quoque Brute, fili mi".

Et il nous a donc ouvert son coeur: il nous a dit qu'il a souffert quand le motu proprio est sorti, car il y voit une trahison des acquis du Concile, un revenir en arrière dont il voit bien trop de signes. Il a dit être un fils du Concile, qu'il suivit en sa jeunesse avec espoir et enthousiasme. Lui dire que demander la vieille messe n'est pas renier le Concile, ça a été des mots inutiles.

Il nous a avoué qu'il pensait (wishful thinking...) que personne, ou presque, ne demanderait la vieille messe, et au contraire... que de signatures, et de qui! Et combien de jeunes qui trahissent le Concile, ce printemps de l'Église.

Nous lui avons expliqué que ces signatures avaient été recueillies en 8 jour, simplement par bouche à oreille, que d'autres arriveraient, et que nous n'avions fait signer que ceux qui s'étaient engagés à venir à la messe, et non de simples sympathisant. Tout cela, évidemment, a déprimé encore plus le reverendo.

Bref: ce prêtre, qui est d'ailleurs un très bon prêtre, a gagné mon respect et même mon estime avec sa sincérité et sa douloureuse résignation. Il m'a rappelé les communistes après la chute du mur de Berlin: gens qui ont cru toute une vie en quelque chose qui s'est écroulée.

Il est évident que ses raisons sont entièrement émotives, je dirais même viscérales et irrationelles: il n'a pas su opposer aucun argument logique. Et d'ailleurs, il y en a pas: nous ne voulons pas imposer la vieille messe à tout le monde, mais demander un petit coin à nous. Et quant au Concile, interprété selon cette herméneutique de rupture, il suffit d'en voir les fruits en termes de pratique religieuse et de vocations.

Mais je suis vraiment intéréssé aux motifs de la haine de beaucoups de clercs envers toute chose "tradi". Leur attitude m'étonne au plus haut degré: voilà des laïcs qui s'engagent, des jeunes qui s'occupent de l'Église, des instances de la base et du peuple de Dieu, de la démocratie et du pluralisme en paroisse, des gens qui se mêlent de liturgie; toutes choses qu'ils prêchent depuis des années; et ils en sont accablés!

Il faut comprendre nos adversaires (ne fût-ce que pour les mieux combattre). Je me permets donc de proposer ce thème de discussion: quels sont les véritables raisons de la haine de tant de prêtres pour toute chose traditionelle? Comment atténuer ce sentiment? Ou bien est-il trop tard, et faut-il laisser les morts enterrer leurs morts?

Cet argument me passionne beucoup. Merci donc à tout ceux qui voudront donner leur contribution à ce thème qui est, selon ma modeste opinion, central pour le succès du motu proprio. »


Source : http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=328912


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article