Pour bien saisir ce qu'est l'excommunication

Publié le par Le traditionnel


Le Journal La Croix rapporte que la levée de l'excommunication des évêques de la FSSPX soulève les passions; tantôt les applaudissements, tantôt l'indignation. En effet, ce même journal rapporte que « Blogpulse, outil de mesure des discussions en ligne édité par Nielsen BuzzMetrics, mettait en évidence, le lundi 26 janvier,  un pic impressionnant de l'utilisation du mot « excommunication » dans la blogosphère : 0,02% de tous les billets de blogs ont abordé le sujet depuis jeudi dernier, soit 10 fois plus qu'en temps normal. L'annonce de la levée des excommunications des quatre évêques intégristes ordonnés en 1988 par Mgr Lefebvre a donc soulevé une véritable tempête sur Internet, où blogs et forums se sont faits l’écho de réactions vives. »



(Utilisation du mot « excommunication » dans la blogosphère)

[ source : http://www.blogpulse.com/trend?query1=excommunication&operator ]



Mais, qu'est-ce que l'excommunication ? À voir certains commentaires d'Internautes, il n'est pas sûr que tous saisissent cette notion. Le nouveau Code de Droit Canonique, promulgué par le Pape Jean-Paul II en 1983, peut nous éclairer là-dessus.

Tout d'abord, le Canon 1311, stipule que « L'Église a le droit inné et propre de contraindre par des sanctions pénales les fidèles délinquants. »

Le Catéchisme de Saint Pie X nous dit : « Qu'est-ce que les excommuniés ? Les excommuniés sont ceux qui, pour des fautes graves, sont frappés d'excommunication par le Pape ou l'Évêque, et sont par suite, comme des indignes, séparés du corps de l'Église, qui attend et désire leur conversion. Doit-on craindre l'excommunication ? On doit craindre beaucoup l'excommunication, car c'est la peine la plus grave et la plus terrible que l'Église puisse infliger à ses fils rebelles et obstinés. De quels biens sont privés les excommuniés ? Les excommuniés sont privés des prières publiques, des sacrements, des indulgences et de la sépulture ecclésiastique. »


Dans la législation actuelle de l'Église, il y a sept sortes péchés qui conduisent à l'excommunication.

En premier lieu, il y a 2 sortes de péchés qui conduisent à l'excommunication et dont la levée est réservée à l'Évêque :

 

1) Canon 1364 - § 1. « L'apostat de la foi, l'hérétique ou le schismatique encourent une excommunication latae sententiae […] ».

 

2) Canon 1398 - « Qui procure un avortement, si l'effet s'en suit, encourt l'excommunication latae sententiae. »



En second lieu, il y a 5 sortes de péchés qui conduisent à l'excommunication et dont la levée est réservée au Siège Apostolique :

1) Canon 1367 – « Qui jette les espèces consacrées, ou bien la emporte, ou bien les recèle à une fin sacrilège, sera frappé d'une excommunication latae sententiae réservée au Siège Apostolique […] ».  

 

2) Canon 1370 - § 1. « Qui commet un acte de violence physique contre le Pontife Romain encourt une excommunication latae sententiae réservée au Siège Apostolique […] »  

 

3) Canon 1378 - § 1. « Le prêtre qui agit à l'encontre des dispositions du can. 977 encourt l'excommunication latae sententiae réservée au Siège Apostolique ». [Le canon 977 stipule : « En dehors du cas de danger de mort, l'absolution du complice d'un péché contre le sixième commandement du Décalogue est invalide. »  

 

4) Canon 1382 - « L'Évêque qui, sans mandat pontifical, consacre quelqu'un Évêque, et de même celui qui reçoit la consécration de cet Évêque encourent l'excommunication latae sententiae réservée au Siège Apostolique. »  

 

5) Canon 1388 - § 1. « Le confesseur qui viole directement le secret sacramentel encourt l'excommunication latae sententiae réservée au Siège Apostolique […] »




L'excommunication de Mgr Marcel Lefebvre et des quatre évêques de la FSSPX était donc encourrue en vertu du canon 1382. Certes, beaucoup de personnes ont fait valoir qu'il y avait un cas de nécessité et que l'excommunication n'était pas valide. 


Le canon 1323 donne les 7 circonstances où la peine d'excommunication est nulle :

1) la personne qui n'avait pas encore 16 ans accomplis.
2) la personne qui ignorait, sans faute de sa part, qu'elle violait une loi ou un précepte.
3) la personne qui a agi sous la contrainte d'une violence physique ou à la suite d'une circonstance fortuite qu'elle n'a pas pu prévoir.
4) la personne qui a agi forcé par une crainte grave, même si elle ne l'était que relativement, ou bien poussée par la nécessité, ou pour éviter un grave inconvénient, à moins cependant que l'acte ne soit intrinsèquement mauvais ou qu'il ne porte préjudice aux âme.
5) la personne qui a agi en état de légitime défense contre un agresseur qui l'attaquait injustement.
6) la personne qui était privée de l'usage de la raison.
7) la personne qui a cru que se présentait une des circonstances prévues aux nn. 4 ou 5.


Quant à savoir si vraiment Mgr Lefebvre a agi poussé par la nécessité, cela n'a pas une grande importance. Une chose est certaine, c'est que les évêques qu'il a sacrés ne sont plus, pour les autorités romaines, excommuniés. 

Cette levée d'excommunication n'a rien d'une absolution des dérives négationnistes de Mgr Williamson. Cette levée ne concerne que l'excommunication encourrue par le sacre illicite de 1988.

Il faut donc se réjouir du courage du Saint-Père qui ne cesse de pacifier l'Église et de fortifier son unité.




Voir : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2363477&rubId=1098 





Commenter cet article