Possible levée de l'excommunication des 4 évêques de la FSSPX

Publié le par Le traditionnel


Une levée de l'excommunication des 4 évêques de la Fraternié sacerdotale Saint-Pie X par le Pape Benoît XVI pourrait bien être une réalité, et ce dès cette fin de semaine. Actuellement, tout le monde en parle : les blogues, les forums, les journaux, et même la télévision. L'excommunication encourrue par le sacre illicite de 1988 sera donc possiblement levée pour les évêques Bernard Fellay, Alfonso de Gallareta, Bernard Tissier de Mallerais et Richard Williamson, et possiblement pour Mgr Marcel Lefebvre.


(Mgr Marcel Lefebvre)



L'information a d'abord été divulgué M. Andrea Tornielli, un vaticaniste réputé pour son sérieux et sa connaissance des affaires religieuses.


 Hier, le journal français Le Monde, publiait l'article suivant :


« Le pape va réintégrer quatre évêques lefebvristes



Quatre évêques intégristes adeptes de Mgr Lefebvre, excommuniés par Jean-Paul II en 1988, vont être réintégrés dans la hiérarchie de l'Église catholique, affirme jeudi le quotidien italien Il Giornale. Le décret, qui lève notamment l'excommunication du successeur de Mgr Lefebvre, Mgr Bernard Fellay, est déjà signé par le pape, écrit Andrea Tornielli, le spécialiste des affaires religueuses du journal, qui précise qu'il doit être rendu public d'ici à la fin de la semaine. L'information n'a été ni démentie, ni confirmée par le Vatican.


Cette mesure de Benoît XVI fait suite à de précédents gestes du pape allemand pour mettre fin au schisme intégriste, avec notamment la réhabilitation en juillet 2007 de la "messe tridentine" en latin abandonnée après le concile Vatican II (1962-1965). En juin 2008, le Vatican a aussi renoncé à exiger explicitement des adeptes de Mgr Lefebvre, regroupés dans la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX) dirigée par Mgr Fellay, la reconnaissance du concile Vatican II (liberté religieuse et ouverture à la société).


Depuis le début de son pontificat en avril 2005, Benoît XVI n'a pas ménagé ses efforts pour réintégrer les Lefebvristes. Il avait reçu en privé Mgr Fellay durant l'été 2005. Selon Il Giornale, le prochain geste devrait être l'attribution d'un statut juridique au sein de l'Église catholique à la Fraternité et à ses quelque 500 prêtres. Selon une source proche du Vatican, le décret consacrant la réintégration de ses évêques pourrait ne pas porter la signature du pape même s'il en a nécessairement approuvé la promulgation. »


Source : http://www.lemonde.fr/international/article/2009/01/22
/benoit-xvi-va-reintegrer-quatre-eveques-lefebvristes_1145255_3210.html?xtref
 







 

(Le sacre épiscopal de 1988)








Le journal La Croix publiait, quant à lui, cet article :

« Rome pourrait lever l'excommunication des intégristes

Un décret du pape levant l'excommunication prononcée en 1988 contre Mgr Lefebvre et les quatre évêques ordonnés illicitement par lui pourrait être publié dans les prochains jours


Benoît XVI s'apprêterait à mettre fin à l'excommunication frappant les responsables de la
Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX). L'information de la publication toute proche d'un décret levant cette excommunication, prononcée en 1988 suite à la consécration illicite de quatre évêques par Mgr Lefebvre, circulait depuis plusieurs jours au Vatican. Deux quotidiens italiens ont décidé d'en faire l'annonce jeudi 22 janvier au matin, sans attendre de connaître le contenu du décret.

Selon nos informations, cette publication serait imminente, en fin de semaine ou début de semaine prochaine. Elle marquerait une nouvelle étape dans le long processus visant à mettre fin au schisme créé par la FSSPX, processus lancé par Jean-Paul II, mais que l'arrivée de Benoît XVI a fortement accéléré.

En publiant le
motu proprio Summorum Pontificum (juillet 2007), celui-ci répondait à l'une des demandes de la Fraternité, à savoir la possibilité de pouvoir célébrer librement selon le rite dit « de saint Pie V », en vigueur jusqu'à Vatican II. Ce n'était cependant pas suffisant pour les lefebvristes. En juillet dernier, Mgr Bernard Fellay, supérieur général de la FSSPX, a rappelé leur seconde condition pour dialoguer avec l'Église catholique : la levée des excommunications de 1988. Pour lui, ce geste « favoriserait la sérénité » d'un dialogue sur le fond des divergences doctrinales d'Écône avec Rome. Voilà donc qui devrait être fait.

Négocier la forme juridique et ecclésiale de la réintégration

Il faut attendre de voir le décret et son contenu pour en connaître les conséquences. En effet, on ignore encore les conditions de la levée de l'excommunication. En général, rappelle un canoniste, « la levée de l'excommunication nécessite une matérialisation publique de l'intéressé, une démarche où il réaffirme sa volonté d'union avec l'Église ».

Reste à savoir si Mgr Fellay, demandant la levée de cette excommunication, a posé un acte de repentance. De plus, même s'il s'agit là d'un pas décisif, un tel décret ne signera pas ipso facto le retour plein et entier de la Fraternité dans le giron catholique : il faudra encore négocier la forme juridique et ecclésiale pour cette réintégration. De ce point de vue, le motu proprio libéralisant la célébration selon le Missel de saint Pie V montre une voie :
on pourrait créer une prélature personnelle (analogue à l'Opus Dei), au sein de laquelle ne serait célébré que ce Missel, appelé désormais « forme extraordinaire du rite romain ».

Dernière interrogation : le nombre de personnes concernées par l'excommunication, et donc par sa levée. Au Vatican, on affirme aujourd'hui que seuls les quatre évêques ordonnés avaient été excommuniés en 1988. Une thèse contredite dès 1997 par le Conseil pontifical pour l'interprétation des textes législatifs, déclarant que l'excommunication latae sententiae « frappe ceux qui adhèrent formellement à ce mouvement schismatique », ce qui visait de façon « indubitable » les prêtres lefebvristes, les choses demeurant plus floues pour leurs fidèles.

Quoi qu'il en soit, une levée de l'excommunication ne supprimera pas une autre peine frappant prêtres et évêques de la FSSPX : ils demeureront suspens a divinis, interdits de célébrer les sacrements, tant qu'ils ne se seront pas mis personnellement en règle avec l'Église catholique. Rien, reconnaissait-on mercredi 21 janvier à Rome, ne se fera donc si les 500 prêtres de la Fraternité refusent ce décret : « Ils sont libres, et nous ne sommes pas dans leur cœur. »

 

 

par : Isabelle DE GAULMYN et Nicolas SENÈZE, à Rome


Source : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2363009&rubId=4078 









La Fraternité Saint-Pie X, qui désire obtenir par l'intercession de Notre-Dame, le retrait du décret d'excommunication, a présenté au Souverain Pontife un bouquet spirituel d'un million de chapelets le 25 décembre 2008, jour de la Nativité de Notre-Seigneur.


(Mgr Bernard Felley, Supérieur Général de la FSSPX a demandé aux fidèles de la FSSPX de prier le chapelet pour la levée des excommunications. Quelque 1 million de chapelets ont été récités à cette intention)





Ensuite, l'excellent blogue de « La Tradition catholique à Angers » affirme ce qui suit :


« Nous apprenons avec surprise au journal télévisé hier soir sur France 2 que notre Saint Père le Pape Benoit XVI pourrait lever le décret d'excommunication des quatre évêques de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X.

Nous lisons sur le site Eucharistie sacrement de miséricorde ceci:

"Benoît XVI a décidé de révoquer l'excommunication des quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre en 1988. Le décret, que le Pontife a déjà signé, sera publié en fin de semaine. Le supérieur de la Fraternité Saint-Pie X, Bernard Fellay, et les trois autres évêques, Alfonso de Gallareta, Bernard Tissier de Mallerais et Richard Williamson ne seront donc plus excommuniés. " [ Voir : http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=2201099_excommunication&pmv_nid=677 ]

Nous pensons que cela amènera une situation de paix dans l'Église mais pour autant nous pensons qu'il faut être encore prudent le texte n'étant pas publier.

La FSSPX compte actuellement environ 550 prêtres. Un tel acte de la part du Saint-Père et le désir de la pleine communion de ces prêtres ouvrirait un large champs apostolique pour l'Église universelle. »

Source : http://catholiquedetraditionaangers.over-blog.com/ 




De même, l'excellent blogue de Father Z (en anglais) commente l'affaire :
http://wdtprs.com/blog/2009/01/excommunication-of-sspx-bishops-to-be-lifted-within-days/ 




Cette nouvelle a été immédiatement diffusée sur l'excellent blogue Una Voce Málaga (en espagnol) :
http://www.unavocemalaga.com/ 




La nouvelle originale se trouve sur le site d'Andrea Tornielli Il Giornale (en italien) :
http://blog.ilgiornale.it/tornielli/2009/01/21/il-papa-ha-firmato-la-revoca-della-scomunica-ai-lefebvriani/ 





Espérons que cela soit vrai. Une chose est certaine : il n'y a pas de fumée sans feu. Ce serait l'un des plus beaux moments de l'histoire de l'Église catholique et peut-être le plus grand de ces quarantes dernières années! Une fois l'unité réalisée, la Tradition sera beaucoup plus forte au sein de l'Église. Prions.





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christianK 25/01/2009 20:58

2 problèmes principaux dans le texte ci-haut:
-juridique
-dogmatique

1) Juridique
On n'est pas excommunié pour des opinions politiques ou historiques qui font scandale. Les membres du parti nazi, e.g., quoique pécheurs, n'ont pas été excommuniés. Péché exige pénitence et confession. C'est pour autre chose que le péché à proprement parler qu'on est excommunié (un acte juridique). Faut pas tout mêler. D'ailleurs la FSSPX demeure en situation irrégulière.

2) Dogmatique
On reconnait la tendance religion émotive-cucu. Là encore, la charité n'est pas si simple; elle implique la salut des âmes et le combat contre certaine erreurs: aimer c'est vouloir le bien objectif d'autrui, c'est un acte de volonté, non (d'abord) un acte sentimental. En lien avec ceci, Dieu nous aime tous mais il est aussi notre Juge et de son jugement découlera une damnation éternelle pour les pécheurs non repentis. Il ne faut donc jamais séparer les châtiments divins (parfois terrestres) de son amour. De même, Dieu hait l'hérésie comme il hait le génocide. Combattre l'hérésie par les moyens appropriés est comme combattre le génocide par les moyens appropriés.

Enfin les terribles guerres de religions sont d'abord politiques. POurquoi alors ne pas voir la politique comme la grande coupable et donc checher la dépolitisation?

christianK 23/01/2009 19:18

C'est une bonne nouvelle mais elle ne doit pas cacher la complexité des choses. Le premier point c'est que l'acte illégal de 1988 (sacres) semblait jouir de circonstances atténuantes, de plus en plus évidentes avec le temps. Dans mon cas personnel ca ne fait pas le moindre doute puisque je considère la messe tridentine comme absolument nécessaire pour moi.

Mais ce n'est qu 'une étape, et il faut comprendre que la FSSPX, répondant à une certaine décomposition postconciliaire locale, s'est de plus en plus durcie avec le temps, et que sa vision de certains points du concile, composée en partie d'un point de vue "Pie IX" simplifié, va continuer pour un temps assez long à bloquer le rapprochement. Elle refusera une intégration à la carte, une permission tolérante, elle va plutot avoir tendance à exiger que l'Eglise la suive, elle, puisqu'elle considère représenter la véritabel "Eglise de toujours" etc etc.

Je suis optimistes pour les fidèles et les familles FSSPX poussées pragmatiquement vers cette bouée

de sauvetage locale, mais pour la doctrine et la pleine réintégration, les possibilités sont minces.

L'avenir est plutot à une sorte de circulation dans
le continuum FSSPX-Ist. du Bon Pasteur-FSSP-groupes et clergé biritualistes-communautés nouvelles-Opus Dei

Claude 23/01/2009 17:51

Franchement, je m'abstiendrais de commenter ce genre de dossier avant que la décision soit rendue publique. Le petit monde des traditionnalistes grouille de rumeurs et même quand elles ne sont pas dénuées de fondement, il veut mieux être prudent. Le projet de libéraliser le droit à la messe "tridentine" a mijoté dans les officines romaines pendant PLUSIEURS années avant de voir enfin le jour.