La Commission pontificale "Ecclesia Dei" a maintenant son site Web

Publié le par Le traditionnel

La Commission pontificale Ecclesia Dei a maintenant son site Web. Pour le moment, l'italien est la langue principale du site Internet, mais d'autres langues seront bientôt disponibles : français, anglais, espagnol, allemand, portugais.




On y trouve déjà quelques textes en français,
dont un de Mgr Nicola Bux - un partisan de la réforme de la réforme qui est consultant de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et qui a été nommé récemment Consulteur de l'Office des cérémonies liturgiques du Souverain Pontife - et qui s'intitule : La crise liturgique, conséquence de la crise ecclésiologique. Dans ce document, il affirme, entre autre, à propos de la Messe ordinaire  :

« Il conviendrait de proposer aux prêtres de se tourner vers le Seigneur durant l’offertoire et l’anaphore, en particulier durant les temps forts de l’Avent et du Carême, afin de souligner la dimension eschatologique de la liturgie. Et là où l’autel versus populum ne possède pas un marchepied antérieur suffisant, il faudrait suggérer de l’installer. Sinon, il faudrait se tourner vers la croix, et pour cela ou bien la suspendre au-dessus de l’autel, ou bien la poser au centre, devant l’autel ou sur l’autel, en expliquant que le crucifix n’est pas un bibelot qui gêne la vue mais qu’il est l’image la plus importante pour aider le regard extérieur et le regard intérieur à se diriger vers la prière. En fait, les yeux du prêtre et ceux des fidèles convergeraient ainsi sur lui au lieu de se distraire de tous côtés ».

La Commission Ecclesia Dei devrait publier très prochainement - possiblement en janvier 2009 - un document explicatif du Motu Proprio Summorum Pontificum; ce qui permettrait à plusieurs groupes de bénéficier des largesses de ce document papal formidable sensé ouvrir à tous l'accès à la liturgie traditionnelle.


Vous pouvez visiter le site Web de la Commission pontificale Ecclesia Dei
à l'adresse suivante:
http://www.ecclesiadei-pontcommissio.org/ 



Commenter cet article