L'évêque de Calgary soutient Summorum Pontificum

Publié le par Le traditionnel

Les fidèles du diocèse canadien de Calgary, en Alberta, ont un accès à la Messe tridentine, et ce avec la collaboration et la bénédiction de leur évêque :  Mgr Frederick Henry.


(Mgr Frederick Bernard Henry, évêque de Calgary)


La Messe tridentine est célébrée quotidiennement par M. l'abbé Christopher Blust, FSSP, et M. l'abbé Joseph Poisson, FSSP, dans l'église "St. Anthony" située au 5340, 4th Street, à Calgary.

[ Horaire : http://www.rcdiocese-calgary.ab.ca/parishes/calgary.htm ]


(Messe du Jeudi saint 2008 célébrée par M. l'abbé Christopher Blust, FSSP
en l'église de St. Anthony, à Calgary)



À Calgary, comme en d'autres endroits, la célébration des sacrements et des offices selon la « forme extrardinaire » a lieu tous les jours de l'année.


(Adoration de la Croix le Vendredi saint 2008
célébrée par M. l'abbé Christopher Blust, FSSP
en l'église de St. Anthony, à Calgary)




Le triduum pascal est un temps fort pour les catholiques de Calgary et d'ailleurs qui célèbrent leur foi au rythme de la « forme extraordinaire ».



(Bénédiction du feu nouveau à la Vigile Pascale 2008
célébrée par M. l'abbé Christopher Blust, FSSP
en l'église de St. Anthony, à Calgary)

[ Photos : http://www.fssp.org/fr/photos.htm ]


Tout ceci nous démontre une autre lacune que comporte le texte de la Commission épiscopale de liturgie et des sacrements (une commission sectorielle des évêques francophones de la Conférence des Évêques Catholiques du Canada, présidée par Mgr Dorylas Moreau). En effet, ledit texte déclare :  « Pour les célébrations sans la présence de fidèles, les prêtres peuvent utiliser l’un ou l’autre missel sans autorisation préalable de l’évêque, sauf durant le triduum pascal où la forme extraordinaire n’est pas autorisée. »

Ceci est complètement erronné. Ce n'est pas l'usage du Missel de 1962 qui est interdit mais la célébration de "Messes sans peuple" durant le triduum pascal. En effet, Dans l'une ou l'autre forme du rite romain, il est toujours interdit de célébrer une Messe privée le Jeudi saint (une seule Messe par église - concélébrée s'il y a plusieurs prêtres présents - pour le rite de 1970; une seule Messe, non concélébrée même s'il y a plusieurs prêtres, pour le missel de 1962 : en ce cas les autres prêtres assistent à la Messe revêtus du surplis et de l'étole, et ils vont communier de la main du célébrant avant les fidèles).

La célébration du Vendredi saint n'est pas une Messe (il est donc évident qu'un prêtre ne peut se jour là célébrer une messe privée!) et le Samedi saint, dans l'un ou l'autre rite, est un jour sans Messe également : la Vigile Pascale qui se conclut par la célébration d'une Messe de la Résurrection n'appartient pas au Samedi saint mais au Dimanche de Pâques; donc là encore il est évident qu'aucun prêtre ne peut célébrer de Messe privée.

Le texte du Motu Proprio Summorum Pontificum stipule à l'article 2 : « Aux Messes célébrées sans peuple, tout prêtre catholique de rite latin, qu’il soit séculier ou religieux, peut utiliser le Missel romain publié en 1962 par le bienheureux Pape Jean XXIII ou le Missel romain promulgué en 1970 par le Souverain Pontife Paul VI, et cela quel que soit le jour, sauf le Triduum sacré.

Il importe donc grandement que les membres de la Commission épiscopale de liturgie et des sacrements révisent leur texte car jusqu'à ce jour deux fautes d'interprétations réduisent grandement la portée de ce texte, à savoir l'ajout du latin comme condition d'obtention d'une Messe tridentine et l'interdiction d'utiliser les livres de 1962 durant le triduum pascal.

Source : http://www.motuproprio.fr/viewtopic.php?t=473

Commenter cet article