L'archevêque de Gênes soutient le Motu proprio

Publié le par Le traditionnel

    Le Motu proprio "Summorum Pontificum" a déjà reçu l'appui de plusieurs personnalités ecclésiastiques importantes, dont le président de la conférence épiscopale italienne et archevêque de Gênes, Son Éminence Monsieur le Cardinal Angelo Bagnasco.

(Son Éminence, Monsieur le Cardinal Angelo Bagnasco, Archevêque de Gênes et
Président de la Conférence épiscopale italienne)


Prélat courageux, dont le désir de devenir prêtre serait lié à son expérience de servant d'autel, il a défendu le Pape Benoît XVI après son célèbre "discours de Ratisbonne", et a défendu également le droit, pour tout travailleurs, d'avoir un emploi. 


« En septembre 2007, lors de l’ouverture du conseil de la conférence épiscopale italienne, il a souligné que le Motu proprio "Summorum Pontificum" a pour but « d’unir la communauté chrétienne et de renforcer sa ferveur ». Le président de la CEI a également réaffirmé son « soutien inconditionnel et permanent » au pape Benoît XVI.


« Il est bon pour tout le monde de conserver les richesses qui ont grandi dans la foi et dans la prière de l’Eglise », a insisté le président de la conférence épiscopale : « le pape incite à adopter une clef de lecture inclusive et non exclusive », car « l’histoire de la liturgie, tout comme la vie de l’Eglise, est faite de croissance et de progrès et non de ruptures » et « c’est la sollicitude pour l’unité de l’Église dans l’espace et dans le temps qui sert de levier à la détermination du pape, dans une démarche qui revient fondamentalement au successeur de Pierre ».


« il n’y aura pas deux rites mais double application d’un seul et même rite » qui « devra constituer le cœur de la dynamique ecclésiale, au nom d’une bonne unité visible dans l’Eglise ».


« Il ne s’agit donc pas de rechercher un luxe esthétique qui nous est propre, détaché de la communauté, et qui pourrait nous opposer aux autres, mais de s’inclure dans le mystère de l’Église qui prie et célèbre, sans exclure quiconque et sans se fermer à d’autres formes liturgiques ou au concile Vatican II ».


Selon le président de la conférence,
« cette passion pour l’unité doit encourager chaque chrétien et chaque pasteur à aller de l’avant en prenant acte des nouvelles perspectives qui s’ouvrent avec le Motu proprio ». « Raisonnablement optimiste quant à une meilleure valorisation du Motu proprio dans la vie de nos paroisses », Mgr Bagnasco estime « que certaines préoccupations pessimistes, apparues très vite, pourraient se révéler vite infondées ». 
 

Sa conclusion évoque l'idée d’une refonte de la liturgie ordinaire de l’Eglise : « un nouveau bourgeonnement de cette plante vivante qu’est la liturgie de l’Église que l’on pourra, peut-être même, en dernière instance, relancer et renforcer dans son ensemble. » 

 

 Source : http://plunkett.hautetfort.com/archive/2007/09/18/motu-proprio-la-voix-raisonnable-du-president-des-eveques-it.html

 

Commenter cet article